Home page Help page Preferences page
Search for specific termsBrowse by ThemesBrowse by Geographical RegionBrowse by MOST DocumentsBrowse by How ToBrowse alphabetical list of titles

ONG, gouvernance et développement dans le monde arabe - Document de discussion No. 46
Open this page in a new windowDon't highlight search terms

Gestion des Transformations Sociales MOST
Document de discussion - n° 46
également disponible en anglais

ONG, gouvernance et développement dans le monde arabe

par
Sarah Ben Néfissa

Cet article a servi de base à la préparation de la table ronde intitulée "ONG et gouvernance dans le monde arabe", organisé dans le cadre du Programme MOST de l’UNESCO, au Caire les 29/30/31 mars 2000. L'auteur expose les difficultés sur lesquelles reposent les expressions "gouvernance" et "ONG". Ensuite, elle précise la problématique de la table ronde qui ne se situe pas dans le cadre de la dimension normative de la "bonne gouvernance", mais se rapporte à sa conception analytique. En effet, cela offre une nouvelle manière d’aborder le politique qui cherche à dépasser l’approche institutionnelle de l’action publique fortement centrée sur une vision monolithique de l'Etat. Cette nouvelle approche permet d'intégrer dans l’analyse du politique l’étude d’autres acteurs non étatiques qui contribuent pourtant à sa (dé)régulation : notables, groupes religieux, familial ou régional, économiques comme les hommes d’affaires mais aussi les associations et les ONG. L'auteur passe également en revue les travaux les plus importants et les plus récents sur les ONG, aussi bien dans la communauté scientifique française qu'anglo-saxonne. Enfin, elle termine en résumant les principaux résultats des travaux qui se mènent actuellement sur les ONG du monde arabe. L’auteur constate donc les difficultés des associations et ONG du monde arabe à se voir reconnaître le statut d'acteur du développement, vu qu'elles sont toujours considérées comme des solutions palliatives aux carences du secteur public. 

Table des matières

ONG et Gouvernance : un bref historique *

Les critiques de la dimension prescriptive et normative de la gouvernance *

La dimension analytique de la gouvernance et ses effets sur l'appréhension du "politique" dans le monde arabe *

ONG, associations et "tiers secteur" : l'état de la question *

Panorama général du secteur associatif dans les pays arabes  *

Les vocations principales des associations dans le monde arabe : entre le socio-caritatif et le politique *

Les processus historiques de la naissance et de l'évolution des associations arabes : d'une élite à une autre *

Les systèmes politiques arabes et les associations : entre le refus et l'instrumentalisation *

Quelques caractéristiques des associations arabes *

Bibliographie *


Peut-on considérer les associations et les ONG du monde arabe comme des acteurs à part entière de développement national et local ? Quels sont les rôles, fonctions et poids des ONG dans la gouvernance et le développement des pays du monde arabe ?

Les deux notions clés sont donc "ONG" et "gouvernance". Quel est l'historique de ces deux expressions et pourquoi sont-elles aujourd'hui fortement liées ? Que signifie le terme gouvernance et quelles sont les principales critiques qui lui ont été portées ? Dans la mesure où la gouvernance a une triple dimension normative, prescriptive et analytique, quelle(s) est(sont) celle(s) qui concerne(nt) précisément les propos de la table ronde ? Quels sont les enjeux politiques, sociaux et économiques de la gouvernance pour les pays arabes ? Dans la mesure où les ONG constituent un des piliers principaux d'une "bonne gouvernance" au côté des autres acteurs de la "société civile", de l’Etat et du marché, où en est aujourd'hui la recherche sur le sujet ? Quelles sont les hypothèses et les résultats les plus récents qui ont été émis sur les ONG en général, et plus particulièrement sur celles du monde arabe ? Quelle est la problématique générale de cette conférence et à quelles questions s'agira-t-il de tenter de répondre ?
 

ONG et Gouvernance : un bref historique

La question qui est posée ici nous paraît, au premier abord, simple. En fait, elle est extrêmement complexe parce que les deux "notions" principales sur lesquelles elle repose, à savoir "ONG" et "gouvernance", sont "brouillées", sans statut, d'un point de vue heuristique parce que "sur-médiatisées" et "surinvesties". Elles sont également d'origine relativement récente même si leurs "constructions historiques" diffèrent. Ces aspects ont souvent pour effet d'empêcher leur appréhension de manière sereine loin des réactions passionnées et idéologiques. Il importe donc de les clarifier, de préciser les implicites sur lesquelles elles reposent et de les contextualiser dans l'espace politique et social des Etats arabes.

"ONG" et "gouvernance" renvoient aujourd'hui à des réalités et significations différentes, mais sont en fait étroitement associées. Cela n'a pas toujours été le cas. L’ONG en tant que "notion" est antérieure à la "gouvernance". L’ONG est devenue un enjeu stratégique à l'échelle mondiale depuis une décennie sous l'effet, notamment, du réinvestissement et de la réappropriation auxquels elle a donné lieu de la part des concepteurs de la "bonne gouvernance".

Le phénomène social auquel renvoie l’expression "ONG" est loin d'être nouveau, tant pour les pays européens que pour les pays arabes. Aussi, en France, l'associationnisme de type moderne est une réalité du 19ème siècle, tandis que pour les pays arabes, il est possible de le dater de la fin du 19ème et début du 20ème siècle [Bardout J-C, Ben Néfissa S. (a)]. Par contre, la popularisation du phénomène sous l'expression "ONG" peut être datée des années 1970, le terme "ONG" renvoyant à ces organisations des pays du Nord qui œuvraient dans plusieurs pays du Sud pour contribuer à leur développement social, économique et culturel. Ce phénomène a toutefois subi des transformations idéologiques et politiques importantes d'une période historique à l'autre. Au messianisme civilisateur des associations chrétiennes qui a accompagné l'aventure coloniale a succédé le messianisme tiers-mondiste des années 70, fondé sur la solidarité laïque ou chrétienne mais surtout internationaliste et basé sur des pratiques de développement en partenariat avec les sociétés locales. A partir des années 1985, le tiers-mondisme subit l'offensive idéologique néo-libérale de l'idéologie humanitaire qui, au nom de l'universalité des droits de l'homme et au nom de la compétence technicienne, renouvela les objectifs des ONG. Il ne s'agit plus d'aider au développement des pays du Sud et d'aspirer à la justice entre le Nord et le Sud, mais de gérer et d'optimiser les capacités d'intervention d'urgence en cas de guerre, conflits internes ou de famines (Hours B.).

La toute dernière mutation subie par la perception dominante de l'ONG est le fait qu'elle soit aujourd'hui considérée comme un acteur à part entière du développement et de la régulation des sociétés au même titre que les Etats et le secteur privé. De même, l'ONG n'est plus considérée forcément comme une organisation des pays du Nord pour aider les pays du Sud, mais elle renvoie actuellement aux sociétés du Sud ou du Nord et aux organisations suscitées dans les pays du Sud par différents acteurs des pays du Nord (Etats ou ONG), ou par des organisations internationales ou régionales.

Les initiateurs de la notion de "gouvernance" sont pour beaucoup dans la revalorisation récente du statut de l'ONG, de sa transformation de "solution palliative" ou "alternative" en acteur important du développement. Bien que son origine soit ancienne, la popularisation des expressions "gouvernance" et "bonne gouvernance" date de la fin des années 1980 et du début des années 1990, de manière concomitante à celle de "mondialisation" ou de "globalisation".

Les deux expressions ONG et gouvernance renvoient principalement au phénomène politique: la première de manière négative (non gouvernementale) et la seconde de manière positive. Les "inventeurs" de la gouvernance sont principalement des experts de la Banque Mondiale et du FMI (dont William J.-C.). Rejetant l'économisme qui les caractérisait auparavant et nouvellement conscients du poids du politique sur l'économique, le social et le développement des pays en voie de développement, ces experts trouvèrent dans "la gouvernance" une expression commode pour parler de "politique" alors qu'ils n'avaient pas mandat explicite à le faire. La gouvernance est donc d'abord une manière de parler du politique sans le nommer en suggérant "l'effort pour dégager un consensus ou obtenir le consentement nécessaire à l'exécution d'un programme dans une enceinte où de nombreux intérêts divergents entrent en jeu" (de Alcantara C. H.).

Malgré son aspect quelque peu "édulcoré", cette définition est loin d'être imprécise dans la pensée de ses initiateurs. Il s'agit principalement de mesures politiques et administratives visant à accompagner les politiques d'ajustement structurel et les réductions drastiques des dépenses des Etats, notamment sur le plan social. Elle vise également à créer un environnement favorable au développement du secteur privé. Telle est la dimension prescriptive de la gouvernance. Elle a également une dimension normative et analytique ; cette pluridimensionnalité la rend ambiguë et complexe. Les deux premières sont les plus visibles. Elles indiquent ce qui est "bien" ou "mieux" à faire et comment il "faut le faire". C'est ce qu'on appelle la "bonne gouvernance". La troisième dimension est analytique, car cela constitue une nouvelle manière d'aborder le politique éloignée des perceptions classiques fortement centrées sur l'Etat et sur une vision "mythique" ou idéologique. Cette dernière dimension de la gouvernance est le fait principalement de chercheurs en politologie qui estiment que l'étude du politique ne doit pas se restreindre à l'analyse juridique et politique de l'Etat (Le Gales P.).

Les mesures de bonne gouvernance seraient les suivantes : une bonne administration décentralisée et comptable de ses actes, une fonction publique légère, efficace et transparente, un système judiciaire fiable, la lutte contre la corruption, le développement des libertés publiques et d'un débat public avec la liberté de presse et d'association, ainsi que le respect des droits de l'homme.

Il s'agit en fait d'instaurer le modèle libéral de l'état de droit avec la primauté de la loi. L’un des principaux piliers de la bonne gouvernance est, en effet, la réhabilitation et le rehaussement de ce qu'on appelle la société civile. L'Etat n'est plus considéré comme le seul acteur du développement ou même comme l'acteur principal. A ses côtés se trouvent le secteur privé et ce que les Anglo-saxons dénomment le "third sector" correspondant en France au secteur à but non-lucratif (qui serait à cheval entre le "public" et le "privé"). Il s'agit des ONG, des associations sans but lucratif, des coopératives, des mutuelles, des syndicats et des organismes à base communautaire, des fondations, des clubs, etc. Ces derniers sont invités à prendre place dans l'œuvre politique du développement au même titre que les pouvoirs publics et le monde des entreprises privées et des affaires.

La gouvernance renvoie donc à l'ensemble de ces réformes qui visent princi-palement une nouvelle articulation entre l'Etat, la société et le marché. Celle-ci ne constitue pas un but en soi. Elle permet ou doit permettre le développement économique et social des sociétés sous l'égide de rapports partenariaux entre les pouvoirs publics, le monde des entreprises privées et le secteur sans but lucratif.

La recomposition du politique prônée par les tenants de la "bonne gouvernance" concerne aussi bien les pays du Sud que les pays du Nord, est légitimée par un certain nombre de facteurs liés au phénomène de la "mondialisation". Les transformations économiques et financières liées à un tel phénomène ont des répercussions politiques. En rendant obsolète la notion de marché intérieur captif et en mettant à l'épreuve le statut des monnaies nationales, elles ont des répercussions sur la marge de manœuvre des Etats, sur la notion de solidarité nationale et "ébranlent" le modèle politique de l'Etat-Nation, ses prérogatives classiques sur son territoire, plus généralement la souveraineté des Etats.

Pour les concepteurs de la "bonne gouvernance" ces transformations loin d'être forcément négatives, pourraient permettre une communion de tous dans les mêmes valeurs autour des effets régulateurs du marché, de la démocratie et du "peu d'Etat".

Telle que présentement formulées, la notion de "gouvernance" offre une image "lisse" qui ne peut que susciter l'adhésion de tous. Pour autant, il n'est pas possible de se suffire de cette première lecture. Il importe de résumer les principales critiques émises notamment en ce qui concerne les pays en voie de développement (PVD).
 

Les critiques de la dimension prescriptive et normative de la gouvernance

Les critiques de la "gouvernance normative" ont porté sur plusieurs aspects. Les premières ont porté sur l'ethnocentrisme de cette notion et sur la faiblesse des catégories politiques qu'elle mobilise. Elle est d'abord ancrée dans une idée spécifiquement européenne du bien politique (Pagden A). C'est le modèle politique libéral tel qu'expérimenté par les pays occidentaux qui en est le fondement principal. La construction historique de ce dernier est aujourd'hui l'objet de relectures multiples par certains chercheurs qui sont intrigués par les contradictions existantes entre, d'une part, le discours libéral du "peu d'Etat" et d’autre part, les pratiques politiques dites libérales qui ont montré la croissance exponentielle des pouvoirs de l'administration et de l'Etat sur les individus, la société et l'économie (Gauchet M). De même, il convient de s’interroger sur les traditions politiques et étatiques propres aux PVD et aux pays arabes (Laroui A, Badie B, Le Roy E).

La gouvernance occulte les conflits d'intérêts, les contradictions et l'hégémonie, nie le fait que le politique soit d'abord une culture et une histoire. Elle met l'accent sur le consensus et ne constitue pas une réflexion sur le pouvoir mais sur les modes les plus efficients de "gestion" de la société (de Senarclens P).

La deuxième série de critiques a porté sur les relations entre la gouvernance, la mondialisation, la démocratie et le développement.

Pour certains, cet avènement d'un temps mondial marqué par la fin du totalitarisme et l'avènement de la démocratie est loin d'être évident. Les marxistes ont beau jeu de dénoncer l'occultation des effets de domination de la mondialisation. Pour eux, elle signifie plutôt une société capitaliste sans frontières et il n'est pas étonnant que la manifestation de ce "temps mondial" se soit accompagnée d'une remontée de "temps locaux" qui le contredisent, ces " temps locaux " liés à de nouvelles revendications identitaires, religieuses ou "ethniques" et à l'apparition de nouvelles solidarités se substituant aux solidarités nationales [(William J-C, Badie B (b)].

De même, la concentration des grandes décisions économiques aux mains de certaines places et capitales ne fait qu’accroître la dépendance des PVD. Il est faux de croire que les politiques d'ajustement structurel qui conduisent à l'affaiblissement de la légitimité des Etats nationaux, conduisent à une dissolution des prérogatives politiques. Celles-ci sont en fait transférées à des experts dont la compétence et l'indépendance face aux pressions et pouvoirs locaux sont reconnues (de Alcantara C.W).

Enfin, la liaison entre démocratie et développement sous-jacente à la "bonne gouvernance" n'est pas prouvée. Certains pays sont arrivés à se développer malgré l'autoritarisme de leur système politique et inversement la démocratie libérale dans le monde occidental a montré qu'elle était accompagnée de phénomène d'exclusion (William J-C).

Les critiques qui nous intéressent particulièrement sont celles qui ont porté sur la question des relations entres "Etats", "sociétés civiles" et "marché" prônées par les concepteurs de la bonne gouvernance.

Les postulats sur lesquels repose la gouvernance sont-ils véritablement vérifiés ? Est-il vrai qu'il existe une crise de la gouvernabilité et que l'Etat n'a plus que l'apparence du pouvoir, les marchés internationaux étant les véritables arbitres ? La globalisation impose-t-elle vraiment une pression telle sur les Etats-providence que ceux-ci sont dans l’obligation de s’adapter ou de périr ? Ces questions rejoignent les réflexions de Bertrand Badie qui montre que, face à sa remise en cause, l’Etat se défend et reconstruit sa domination sur de nouvelles bases. La crise de la territorialité atteint les Etats mais ne les abolit pas. Les Etats savent capter la déterritorialisation pour se créer de nouveaux avantages. (William J-C, Merrien F-X, Badie B). Enfin, est-il vrai qu'il y a une crise de légitimité de l'Etat-providence et peut-on dire que les mesures de bonne gouvernance sont plus adaptées au contexte ?

Les théories économiques du développement n'ont fréquemment pas pris en compte le "facteur étatique" dans toute sa complexité et la théorie de la gouvernance n'échappe à ce constat. Elle repose sur une figure mythique de "l'Etat développeur", acteur unique du décollage économique des années 1950 et du mythe de "l'Etat fantoche" des années 1960-70, du fait de sa dépendance par rapport aux pays occidentaux. La croyance propre de la gouvernance repose sur celui de "l'Etat modeste libéral". Cette théorie est remise en cause par le fait que certains pays nouvellement industrialisés comme la République de Corée ont disposé d’Etats qui avaient beaucoup de pouvoirs. Cette offensive antiétatique ne peut-elle pas produire dans certains PVD son contraire par l'érosion des ressources fiscales de l'Etat qui pourrait affaiblir le secteur privé en supprimant certaines de ses ressources publiques (Petiteville F) ?

Enfin, l'apologie du néolibéralisme et des vertus du marché sous-jacent à la notion de gouvernance valorise de manière naïve les acteurs non-étatiques et les vertus du secteur privé. Ce dernier vise principalement le profit et peut parfaitement s’accommoder d'un Etat hégémonique. Quant aux capacités régulatrices et gestionnaires des ONG, elles ont plusieurs limites. Les ONG n'ont en fait que des visions sectorielles, elles sont parfois très liées aux Etats et elles-mêmes sont traversées par les phénomènes de pouvoir et d'inégalité sans oublier que leurs activités sont généralement "palliatives". La fragilité des Etats,dont est porteuse la notion de gouvernance peut conduire à de très graves problèmes sociaux, notamment pour les PVD. L'irruption des ONG, experts, bureaucrates transnationaux, réseaux locaux et régionaux est loin de résoudre la question de la participation politique et du contrôle des instances de pouvoir. De toutes les manières, les Etats sont toujours présents et les conflits inhérents à l'essence du politique n'ont aucune chance de se dissoudre durablement dans une gouvernance technocratique et administrative (de Senarclens P, Leca J).
 

La dimension analytique de la gouvernance et ses effets sur l'appréhension du "politique" dans le monde arabe

Face à ces critiques acerbes contre la notion de "gouvernance", d'autres auteurs adoptent une vision plus sereine. Pour eux, le message le plus important de la gouvernance reste le fait que la réalité du gouvernement soit actuellement en train de subir d’importantes modifications qui marquent une profonde rupture avec le passé. La gouvernance repose sur cinq propositions : elle fait intervenir un ensemble complexe d’acteurs et d’institutions qui n’appartiennent pas tous à la sphère du gouvernement ; en situation de gouvernance les frontières et les responsabilités respectives sont moins nettes qu’auparavant ; elle traduit une interdépendance entre les pouvoirs et les institutions associées à l’action collective. La gouvernance fait intervenir des réseaux d’acteurs autonomes et part du principe qu’il est possible d’agir sans se remettre au pouvoir de l’Etat (Stoker G).

Ceci rejoint les propos de certains chercheurs en politologie qui ont investi à leur manière la notion de gouvernance parce qu'elle correspond à une nouvelle approche des sciences politiques qui remet en cause la vision d'un Etat monolithique gérant par sa production juridique l'ensemble de la société. L'Etat n'est en fait qu'un ensemble d'institutions, d'acteurs, de groupes et d'individus en situation d'interaction. Cette nouvelle approche exprime la nécessité de dépasser l'analyse institutionnelle de l'action publique en général pour tendre vers une sociologie de l'action, d'interaction, de conflits et de négociation. Cette nouvelle démarche en terme de gouvernance a donné lieu, en France, à des travaux qui ont porté sur la ville notamment (1). La vision du politique concerne aussi bien le milieu urbain que le milieu rural. Il est important de rappeler que le phénomène de l'interaction ne doit pas occulter le fait que les acteurs n'ont pas tous le même poids. La décentralisation ne signifie pas forcément une plus grande démocratie locale ni une moindre bureaucratisation des prises de décisions ; et cela peut parfois cacher, comme en Europe, de nouvelles formes de centralisation (Le Gales P, Gaudin J-P).

Cette nouvelle manière d'aborder le "politique" peut être bénéfique pour la connaissance des PVD, qui ont connu le modèle de l'Etat-Nation tardivement ou récemment (Alliot M, Le Roy E) (2). Les pays arabes ne dérogent pas à ce constat dans la mesure où leurs expériences étatiques historiques étaient sensiblement différentes du modèle occidental (Laroui A). Il n'est pas exagéré, de dire que les systèmes politiques arabes contemporains posent des problèmes aux grilles d'analyses des politologues aussi bien arabes, français, qu'anglo-saxons.

Leurs difficultés d'analyse s’exacerbent par les sollicitations nombreuses dont ils font l'objet pour donner des réponses rapides aux multiples événements et crises qui stigmatisent cette aire géopolitique : le "drame algérien", le  "fondamentalisme musul-man ", le "conflit israëlo-palestinien", la "guerre du Golfe", la "crise soudanaise", la "crise irakienne", etc.

Mais avant d'aborder les effets positifs sur la politologie du monde arabe, en terme de "gouvernance", il importe de mettre l'accent sur les enjeux de la gouvernance "prescriptive".

Comme tous les PVD, les pays arabes sont "sollicités" ces dernières années pour réformer leurs administrations, accorder plus de libertés à leurs "sociétés civiles", libérer les "énergies" de leur secteur privé et respecter les droits de l'homme et les libertés publiques fondamentales. On perçoit là comment la "bonne gouvernance" présente des enjeux politiques pour ces pays à cause des caractéristiques de leurs systèmes politiques et de leurs bureaucraties étatiques. Si pour les pays européens, les enjeux de la bonne gouvernance sont principalement d'ordre social et économique du fait de l'ancienneté de leurs traditions démocratiques et de leur libéralisme politique, pour les pays du Sud et notamment les pays arabes, les enjeux sont tout autant socio-économiques que politiques.

Les enjeux politiques de la " bonne gouvernance " pour les pays arabes concernent principalement la question "sensible" de la démocratisation au sens large de ces pays. La question, tout de leur "dépendance" économique et politique du fait de la remise en cause des souverainetés étatiques sur les territoires nationaux ne doit pas être oublier.

Les nouvelles mesures de la gouvernance interviennent pour les PVD et les pays arabes après les décennies de triomphe des idéologies nationalistes développemen-talistes et socialistes, qui défendaient une vision unitaire du pouvoir politique dominé par les leaders, les partis uniques et les régimes militaires. Il est vrai qu'à l'époque, le "décollage économique" était conditionné par le "développement politique" qui signifiait la construction d'Etats/Nations interventionnistes. Aujourd'hui, c'est le mouvement inverse qui leur est proposé.

Il est faux de croire que la réforme politique des Etats arabes est simplement une réforme "imposée" par les organismes financiers internationaux. Dès les années 1970, nombre de pays arabes ont entamé un processus de libéralisation politique avec l'introduction du multipartisme et une certaine liberté d'expression et d'association. Ce changement est relié à des causes internes, notamment l'exacerbation des conflits internes qui, faute de pouvoir s'exprimer librement de manière institutionnelle, se sont exprimés de manière violente. Il est également relié aux revendications des élites sociales notamment intellectuelles, politiques et syndicales (Flory M, Korany B, Montran R, Camau M, Agate P ).

Pourtant, malgré des progrès et des avancées démocratiques dans nombre de pays (Tunisie, Egypte, Maroc, Jordanie, Koweït, Algérie), les systèmes politiques et administratifs arabes continuent de souffrir de graves carences : la faible participation politique, le peu de rotation des élites dirigeantes, leur changement sous un mode non électif et participatif, des partis uniques ou quasi hégémoniques, un système électif non fiable, la concentration du pouvoir aux mains de certains "groupes" ou "clans" de nature difficilement identifiable (armée, police, famille et "tribus", hommes d'affaires), des assemblées "représentatives" sans aucun poids, une justice généralement inféodée, une presse généralement contrôlée (ou même muselée), et enfin des bureaucraties centralisées, pléthoriques, inefficaces et fonctionnant au clientélisme (Salamé G, Baduel J-P).

Quant aux "sociétés civiles", elles sont fragiles, sous surveillance, partiellement greffée à l'appareil d'Etat et généralement réservée à une élite intellectuelle et politique installée dans les capitales.

Pour les pays qui ont choisi l'économie de marché, le secteur des affaires et du privé qui est censé constituer un des pôles autonomes de la gouvernance continue à être en étroite relation avec l'appareil administratif et politique même si, selon les pays, la nature de cette relation doit être analysée et précisée.

Les "mesures de bonne gouvernance", sont en train d'être testées par ces pays. Ces expériences devront être analysées. Mais d'ores et déjà quelques constats peuvent être faits sur l'Egypte notamment où les quelques réformes entamées ont de manière paradoxale accentué le poids de l'Etat sur le monde associatif et renforcé la centralisation et l'autoritarisme du système administratif et politique local [Ben Néfissa S (h, j)].

Les hypothèses émises par les chercheurs pour expliquer les "déficits démocratiques" des pays arabes sont nombreuses (3). Elles ouvrent des pistes de recherches intéressantes. Toutefois, on remarque que celles-ci sont généralement à la recherche d'un "principe unique" d'explication et que ce principe unique ne se situe pas dans le "politique" mais dans "l'économique", "le culturel", le "démographique", "l’anthropologique", etc. comme s'il s'agissait de contourner la difficulté d'appréciation du politique de ces pays par un élargissement à outrance de son "objet". Ces contournements résultent pour une bonne partie d'une insuffisance manifeste de travaux de politologie fondée sur des études de terrain, documentés et bâtis sur des problématiques suffisamment dégagées des "implicites" des sciences politiques propres aux mondes anglo-saxons et francophones.

De manière générale et schématique, la politologie française sur le monde arabe demeure prisonnière de sa polarisation sur la "question islamique" et de ses propres implicites : ses difficultés de s'extraire de la philosophie ou de la théorie politique et des sciences juridiques classiques et de sa vision "mythique" de l'Etat. La politologie anglo-saxonne demeure, quant à elle, attentive aux travaux de terrain et à la collecte des matériaux mais ne cherche pas assez à approfondir les concepts qu'elle utilise comme "société civile", "modernisation" et, actuellement, "gouvernance".

La recherche en politologie issue de pays arabes est quasi inexistante. Elle existe dans certains pays comme l'Egypte et le Liban qui ont des communautés scientifiques et une certaine liberté d'expression ; de nombreux travaux mériteraient une diffusion plus large. Toutefois, il est possible de noter une certaine insuffisance du regard critique sur elle-même, et le fait qu’elle est peu dégagée des idéologies de ceux qui la pratiquent.

L'approche du "politique" des pays arabes en terme de "gouvernance" peut permettre un progrès dans la compréhension de la question de la "démocratisation" de ces pays et de leurs régulations politiques en général. Il est possible de citer quelques pistes de recherches à ce propos.

Le dépassement de la vision d'un Etat monolithique, qui gère par sa production juridique l'ensemble de la société, peut permettre la compréhension du fonctionnement des institutions politiques et affiner l'analyse de ce qu'on appelle le "néo-patrimonialisme", le "clientélisme", le "népotisme" par l'identification et l'analyse des différents acteurs individuels ou collectifs agissant à l'intérieur de ces institutions. (Addi L, Marie A).

La mise en exergue des acteurs non-étatiques qui contribue pourtant à la régulation et au fonctionnement des institutions politiques officielles,reste fondamentale pour analyser le "politique" dans les sociétés arabes contemporaines, où l'on constate les rôles "régulateurs" joués par des notables locaux, des groupes, des autorités religieuses, des hommes d'affaires, des associations de charité, des modes non juridictionnels de règlements des conflits, par les "familles" ou les groupes familiaux [Eid S, Haenni P, Ben Néfissa S(f), Ben Néfissa S, Eid S, Haenni P, Singerman D, Zghal M].

L'analyse en terme d'interaction peut également aider à préciser la nature des relations entre les acteurs non étatiques et les acteurs étatiques, ou bien entre le monde des affaires et l'appareil d'Etat, entre les groupes "familiaux ou tribaux" et les institutions étatiques centrales et locales.

L'approche de la gouvernance peut permettre de mieux comprendre les manifestations du politique dans ces pays qui ne s'exprime pas de la même manière qu'en Europe. Quels sont les "lieux" ou "espaces" du politique ? Quels sont les discours et les pratiques politiques ? Comment s'exprime la citoyenneté ? Les découpages disciplinaires entre sciences politiques, sciences juridiques, sciences économiques, sciences religieuses, elles-mêmes issues des traditions scientifiques occidentales, doivent sûrement être revues pour éviter les malentendus. L'exemple de ce qu'on appelle la "question islamique" est probant de ce point de vue. L'expression du politique sous le mode religieux dérange les catégories politiques occidentales et certains chercheurs s'empressent de conclure soit à une "négation du partage entre le temporel et spirituel", soit au "fanatisme et à l’extrémisme". Les mêmes propos peuvent être reportés pour la question des groupes familiaux, tribaux ou "ethniques" qui jouent des rôles politiques. Ces groupes ne sont-ils pas traversés par des conflits d'intérêts et des contradictions sociales et économiques ? Ne sont-ils pas également des "constructions" des individus en fonction des enjeux de la situation ? Enfin, ceux qui estiment que ces sociétés se caractérisent par leur "holisme" ne tombent-ils pas dans le piège du discours des acteurs, qui affirment l'importance qu'ils accordent soit à l'Umma islamique, soit à la « Nation arabe » ou à "l'esprit de clan ?" (Marie A)

A notre avis, l'approche en terme de gouvernance pourrait permettre de saisir quelque peu l'originalité du politique au sens large et ses effets sur le développement. C’est dans ce cadre qu’il faut placer la problématique générale de la conférence du Caire organisée par le Programme MOST de l’UNESCO.

Peut-on considérer les ONG comme étant des acteurs à part entière de la gouvernance des pays arabes et de leur développement ? Telle est la question centrale de la rencontre.

Mais avant de préciser les enjeux et la problématique générale de cette question, voyons quelles sont donc les hypothèses et les résultats les plus récents qui ont été émis sur les ONG en général et sur les ONG arabes en particulier.
 

ONG, associations et "tiers secteur" : l'état de la question

Incontestablement, les travaux "dominants" sur la question des ONG et des secteurs associatifs sont d'origine anglo-saxonne et plus particulièrement américaine. Les travaux sur ce thème en France sont encore rares. Ils n'ont pas encore acquis leurs lettres de noblesse, ni chez les sociologues, ni chez les politologues, ni même chez les économistes. De manière significative, l'étude de ce thème se fait dans le cadre d'une discipline récente relativement marginale en France : l'économie sociale. Celle-ci fait référence aux études qui portent sur les associations, les fondations, les coopératives et les mutuelles (Archambault E.

Le peu d'intérêt pour le phénomène est partiellement lié à la tradition scientifique française "victime" de l'étatisme centralisateur qui caractérise la France et qui se manifeste également sur le plan social (Rosanvallon P). En politologie, il est possible de constater la distinction entre les sujets "nobles" qui portent sur les sujets liés à l'Etat (par exemple, les partis politiques, les élections, etc.) et qui suscitent l'intérêt des chercheurs et les sujets plus méprisés comme celui des associations et des ONG.

Il faut signaler toutefois la parution récente de deux ouvrages importants. Le premier porte sur le secteur sans but lucratif en France (Archambault E) et le second sur les ONG du Nord et du Sud et leurs relations au développement (Deler J-P, Fauré Y-A, Roca P-J). Ce dernier ouvrage reste intéressant, car les pays arabes font l'objet d'interventions de plus en plus importantes de la part d'ONG des pays du Nord. Il convient donc de connaître également les particularités des ONG du Nord œuvrant dans les pays du Sud et les transformations qui les ont affectées ces dernières années.

Les travaux anglo-saxons les plus récents et les plus pertinents sont ceux suscités par le Programme Johns Hopkins de Comparaison Internationale du secteur sans but lucratif de l'International Society for Third-Sector Research, qui a débuté depuis plus de 5 ans. Ce programme en est à sa troisième conférence internationale et il publie une revue consacrée à ce thème : la Revue Voluntas. L'intérêt de ce programme est multiple. Il concerne tous les pays du monde, permettant ainsi une comparaison internationale véritable sans que les PVD ou les pays arabes ne soient traités à part, ce qui aurait pour conséquence de les "stigmatiser" et peut-être de les singulariser de manière artificielle. De même, le programme part du constat que partout dans le monde existent des organisations sans buts lucratifs qui œuvrent dans des domaines similaires. Pourtant, la connaissance de ce secteur est faible, voire nulle, car les conventions du système international de comptabilité nationale ne permettent pas de l'identifier rendant ainsi les comparaisons internationales impossibles. C'est pour combler ces lacunes que le programme a été lancé en mai 1990. Il cherche à "lever le voile sur un monde longtemps négligé et qui pourtant apporte depuis longtemps une contribution importante à la solution des problèmes humains dans le monde. Aujourd'hui, suite au réexamen du rôle de l'Etat dans les pays industrialisés et les PVD, ces organisations sont des vecteurs de sociabilité, et des instruments des transformations sociales comme elles sont également des acteurs économiques essentiels, capables de répondre aux besoins sociaux en émergence, de faire face à des questions graves de société et de créer des emplois dans les pays où l'intervention publique a montré ses limites... " (Salamon L, Helmut K, Anheir).

Les travaux de ce projet reposent sur certaines hypothèses théoriques. La définition du secteur sans but lucratif à la base de ces travaux, est la suivante : il s'agit d'organisations formelles c'est-à-dire non-institutionnelles privées (distinctes de l'Etat, des administrations et des collectivités locales) , indépendantes avec notamment leurs propres instances de décision et un budget autonome. Tous projets réalisés doivent être réinvestis pour servir l'objet social et comportent un certain niveau de participation volontaire de bénévoles ou de donateurs.

Tels sont les cinq critères principaux de la définition retenue. Deux autres ont été rajoutés mais ne sont pas fondamentaux : ces organisations ne doivent pas être strictement religieuses et ne doivent pas avoir de but politique déclaré.

Par rapport à cette définition, Alain Piveteau s'interroge sur la spécificité du "tiers secteur" dans le cadre de l'opposition mise en exergue par la théorie économique entre le marché et l'Etat. Il note que la "non-distribution des profits" est au cœur des définitions caractérisant les ONG, leurs "ordres de grandeurs" sont "solidarité, désintéressement et confiance". La spécificité des ONG de développement est d’être des organisations "médiatrices". L’objectif principal est la redistribution philanthropique des ressources essentiellement privées en faveur du développement.

Ce que l'on constate est l'importance accordée à l’aspect "organisationnel" ou "institutionnel" du secteur sans but lucratif. Cet aspect peut poser des problèmes notamment pour les PVD et les pays arabes particulièrement dans lesquels on constate l'aspect "informel" ou non "institutionnel" d'un certain nombre de modes de solidarité sociale. De même, cette définition se caractérise par son pragmatisme permettant effectivement un travail comparatif international, mais elle met de côté un certain nombre de problèmes et de questions qui ont été mis en exergue par la recherche française, notamment lors du Colloque sur les ONG et le développement à Bordeaux en 1997 (Deler J-P, Fauré Y-A, Roca P-J). Lors de ce colloque, ont été posées des questions à la lumière des travaux de sociologues français qui ont renouvelé les approches théoriques en sciences sociales (notamment les travaux de Pierre Bourdieu, ceux de Laurent Thévenot et de Luc Boltanski).

En quoi les ONG de développement sont-elles constitutives d'une catégorie institutionnelle sui generis et différente des bureaucraties de développement ? Les caractéristiques de ces organisations sont-elles en conformité avec les objectifs qu'elles affichent ? Que sait-on des trajectoires, origines, profils et devenir de ceux qui fondent, dirigent et animent les ONG, de leurs intérêts à agir et de leurs stratégies d'acteurs ? Quelle est la spécificité de leurs formes d'actions ? (Fauré Y-A, de Sardan P-O). Du fait de la professionnalisation qui affecte aujourd'hui le "champ des ONG de développement" ne peut-on pas dire que les dirigeants et les animateurs d'ONG sont devenus des "courtiers de développement", voire des entrepreneurs ?

Les ONG ont des fonctions manifestes et latentes. Ce sont également des espaces réglés ou organisés où se confrontent des enjeux divers de pouvoirs, légitimités, intérêts matériels et symboliques, ou encore des idéologies. Les ONG sont des intermédiaires entre bailleurs de fonds et populations, de ce fait, il importe d'étudier leur "capital social" et leurs réseaux de relations vers le haut et vers le bas. Les ONG restent au cœur d'enchevêtrements culturels multiples et ont également des histoires spécifiques qu'il faut étudier (de Sardan P-O).

Outre leur définition du secteur sans but lucratif, les travaux du programme de recherche Johns Hopkins ont émis un certain nombre de théories sur le "tiers secteur". Elles sont de deux ordres : socio-politique et économique. Les premières réfèrent à la défaillance de l'Etat-providence et posent l'hypothèse que plus étendu est l'Etat providence plus restreinte sera la place du secteur non lucratif. Elles concernent également le cadre juridique et politique en posant l'hypothèse que les systèmes de droit coutumier sont plus favorables à l'émergence des organisations sans but lucratif que le système de droit écrit. Sur le plan sociologique, elles estiment que le développement de la classe moyenne éduquée est important pour promouvoir un "tiers secteur" actif. De même, comme autre facteur favorisant son développement, il y a l'existence des religions concurrentes : cette rivalité s'exprime par le prosélytisme et l'offre de services sanitaires, éducatifs et sociaux.

Sur le plan économique, les théories se réfèrent à l'hétérogénéité de l'offre des biens collectifs. Les organisations sans but lucratif fournissent fréquemment des biens collectifs complémentaires ou concurrents à ceux fournis par l'Etat. Celui-ci cherche à satisfaire l'électeur médian. Ainsi, plus il y a une hétérogénéité dans la société, plus il y aura des demandes de biens collectifs hétérogènes, c'est celle-ci qui intéressera le secteur sans but lucratif. La dernière théorie économique est reliée à l'information asymétrique et aux coûts des transactions. Les organisations sans but lucratif constitueraient une réponse à la défaillance du marché dans le cas d'information asymétrique entre producteur et consommateur (Archambault E).

La recherche reconnaît au sein de ce programme anglo-saxon l'important travail publié par l'économiste Edith Archambault sur le secteur non lucratif en France. Les résultats de cette étude sont intéressants à plus d'un titre. Ils montrent d'abord l'importance du secteur qui contraste avec sa relative invisibilité dans le paysage institutionnel. Ces dernières années, l'auteur constate un baby boom associatif et surtout le fait qu'en 1990, ce secteur employait 800 000 personnes à temps plein. De 1981 à 1990, l'emploi y a augmenté de 40% alors que l'emploi total stagnait. Les emplois du tiers secteur représentent 4,5% de l'emploi total, ce qui est une proportion nettement supérieure à la moyenne des sept autres pays européens. Sur le plan financier, l'auteur note les limites du financement privé par rapport au financement public.

Un tel constat peut également être étendu aux ONG françaises qui œuvrent pour le développement des pays du Sud. A cause de la crise économique, de la montée de la xénophobie et de l'occultation des pays du Sud du champ politique et réflexif français, on constate une raréfaction des fonds d'origine privée en direction des ONG du développement, une baisse du militantisme et un faible renouvellement des générations au niveau du personnel d'encadrement des ONG françaises (Ryphman P).

Dans un autre registre, des transformations ont également affecté les pratiques des ONG du Nord. Il est possible de citer certaines d'entre elles : la volonté de faire participer les organisations locales des pays du Sud que ces ONG du Nord considèrent comme des acteurs à part entière, la découverte de l'économie "réelle" et la prise en compte récente de la logique du profit, ce qui les amène à vouloir développer les activités économiques, leur nouvel intérêt pour la ville alors qu’auparavant elles étaient très "ruralistes", un nouvel intérêt également pour "les pauvres" avec la volonté de traiter l'origine du mal en favorisant l'activité économique alors qu’auparavant elles ne s'intéressaient qu'aux symptômes. Enfin, leur nouvel intérêt pour la fourniture de services de base (santé, éducation, eau) et le développement de produits financiers différenciés.

On constate également l'atténuation de la distinction entre les ONG qui s'occupent de l'urgence et celles s'occupant de développement, ainsi que leur nouvel intérêt pour la promotion des droits et une nouvelle méthode de travail qui cherche à peser sur les choix politiques et sociaux avec un travail de "lobbying" (le Bris E, Reveil M, Roca P-J).

Comme autre transformation des préoccupations des ONG, il faut rajouter le "professionnalisme" qui est venu se rajouter ou se substituer à la "charité", à la "solidarité", au "développement" et à l’urgence.

Quant à leur rôle de médiation, les chercheurs notent aujourd'hui que les mécanismes classiques de la représentation sont en crise. Les ONG se positionnent comme des médiateurs et s'auto-instituent médiateurs. Elles ont ainsi tendance à se substituer à la représentation politique. Les ONG sont également productrices de représentations sociales et agissent dans notre représentation du monde. Elles se distinguent du secteur associatif en général et fait prendre au sérieux un tiers secteur œuvrant entre le privé et le public.

D'autres chercheurs estiment important de ne pas occulter les rapports de domination et de concurrence existant dans "le champ" du développement qui est formé d'agents qui se répartissent selon deux sortes de "capital" : l’argent (bailleurs de fonds) et le savoir (experts, bureaux d'études et universitaires). Il ne faut pas sous-estimer les rapports "ambigus" entre les ONG du Nord et celles du Sud empreints de clientélisme et de concurrence notamment quand les ONG du Sud veulent s'émanciper et aller directement aux bailleurs de fonds sans passer par la médiation des ONG du Nord. Cette situation inégalitaire ne doit toutefois pas faire oublier les comportements des "dominés", faits de "ruse", jeux de manipulation, détournement et récupération (Pesche D, Cheveau J-P, Lavigne Delville P).

Telles sont schématiquement les dernières hypothèses des chercheurs sur les ONG du Nord opérant dans les pays du Sud. La particularité de l'intervention de ces ONG dans les pays arabes est le fait que ces derniers aient leurs propres "organisations non gouvernementales" et secteurs associatifs. De même, le monde arabe a ses propres ONG internationales. Il s'agit notamment des organisations islamiques internationales. Signalons les plus importantes d'entre elles : l'Organisation internationale islamique de secours fondée en 1978 comme une branche de la Ligue islamique mondiale, l'Agence islamique de secours fondée dans les années 1980, basée à Khartoum et enfin l’Islamic Relief installée en Grande Bretagne (Bellion J).

Les travaux sur la question associative dans les pays arabes ne sont pas nombreux. A la dernière conférence internationale de l'International Society for Third Sector Research (4), le nombre de communications concernant les pays arabes étaient faibles : Egypte, Palestine, Jordanie et Koweït. De manière significative, les travaux sur les pays de tradition scientifique francophone comme la Tunisie, l’Algérie, le Maroc étaient inexistants. Pourtant, il existe des travaux sur ces pays mais ils n’arrivent pas à la visibilité sur le plan international à cause de la "domination de la langue anglaise", mais aussi du "peu de cas" qui est fait de ce thème par la tradition scientifique francophone. Il existe également de nombreux travaux qui se font dans la langue arabe dans les pays du Proche et Moyen Orient, mais, pour des raisons évidentes, ils ne parviennent pas à se faire reconnaître internationalement. Ils demeurent l'objet de débats internes aux communautés scientifiques arabes notamment en Egypte et au Liban. Signalons à ce propos les travaux menés sur ce thème par The Arab Network for NGOs (Shabaka) installée au Caire et qui édite la revue Al-Mezalla.

Sur le plan académique et sous réserve de vérification, peu de travaux peuvent être comptabilisés et un pays comme l'Egypte ne connaît aucune thèse de doctorat sur le sujet. Il existe des travaux de Magistère et de Maîtrise. La plupart des travaux sont le fait de bureaux d'études et d'expertises dont le but est conjoncturel, ponctuel et principalement à finalité empirique. La recherche sur ce thème est donc actuellement en voie de constitution et ce projet souhaite contribuer à susciter l'intérêt des chercheurs sur le sujet – un des objectifs de la Table Ronde du Caire étant justement de recenser et de mettre en exergue les travaux déjà existants sur la question des ONG dans les différents pays arabes.

Il est probable également que cette constatation soit liée à la revalorisation récente de l'ONG comme enjeu stratégique en matière de développement. Mais ce n'est pas la seule raison d'autant qu’historiquement les pays arabes ont expérimentés la forme associative moderne dès la fin du 19ème siècle et début du 20ème siècle. Une autre raison peut être reliée à l'imposition dans ces pays, aux lendemains des indépendances, d'appareils politico-administratifs hégémoniques, si ce n'est autoritaires et répressifs, et qui n'ont laissé pratiquement aucune place à des activités associatives autonomes. Toutes les activités qui étaient prises en charge auparavant par des structures autonomes ont été assumées par les administrations. De ce fait, certains pays ont quasiment perdu leurs traditions associatives. Le rôle du "tiers secteur" est encore un phénomène trop récent pour qu'il ait suscité une accumulation suffisante de travail académique.

En effet, outre ses enjeux politiques, la "bonne gouvernance" a d'importants enjeux sociaux et économiques et plus généralement des enjeux en matière de développement. Il s'agit d'accompagner ou de rendre encore plus efficaces les mesures d'ajustement structurel et de déléguer au secteur privé et à la "société civile" les missions qui étaient auparavant du domaine de l'Etat, comme l'éducation, la santé, la pauvreté et plus généralement l'aide aux catégories défavorisées de la société comme les femmes, les handicapés et l'enfance abandonnée. Outre ces missions sociales, les ONG sont appelées à jouer un rôle fondamental en matière de développement de manière globale. Il est possible de dire qu'aujourd'hui le rôle des ONG comme acteur du développement des pays embrasse quasiment tous les domaines : l'emploi, le soutien à la création d'entreprise, à la mise en place de projets agricoles, au développement de la formation professionnelle et des services urbains fondamentaux (transports, eaux, égouts, aménagement des espaces verts, propreté), lutte contre la pollution, lutte contre la corruption en faveur d'une administration transparente et efficace, sans oublier ce que les Anglo-saxons dénomment "advocacy societies", c'est-à-dire les grandes causes sociales et humanitaires comme les droits de l'homme, droits de la femme.

Est-ce possible de dire, sur la base des travaux existants, qu'aujourd'hui, le secteur des associations et des ONG dans les pays arabes vit un développement à la hauteur des discours officiels, à la hauteur des besoins sociaux en matière de développement, et des demandes sociétales afin d'assurer une "bonne gouvernance" de ces pays ? (5).

Mais d’ores et déjà, il est possible de décrire un panorama général du secteur associatif dans les pays arabes et de ses principaux traits caractéristiques.



Panorama général du secteur associatif dans les pays arabes (6)

La situation du secteur associatif d'un pays arabe à un autre est évidemment contrastée. Certains pays ne connaissent aucune liberté associative, d'autres vivent une situation de liberté surveillée et certains disposent d’une marge de manœuvre appréciable. Il est possible de dire, toutefois, que par delà les diversités, les situations contrastées et les exceptions, les associations et les ONG des pays arabes peuvent difficilement être considérées comme des forces collectives véritables, à même de peser sur le développement et le devenir de leurs sociétés.

Les domaines de prédilection des secteurs associatifs arabes sont le travail caritatif et le travail social en général. Sans nier l'importance de ces fonctions dans un contexte général de désengagement des Etats et de diminution de leurs rentes, force est de constater qu'elles ne sont généralement pas accomplies sur une base de mobilisation active, solidaire et citoyenne. A quelques exceptions près, elles reposent sur l'assistance à des populations défavorisées, d'offres de services et également sur des liens communautaires. Les associations qui cherchent à occuper de nouvelles fonctions sociales en tant que partenaires des pouvoirs publics dans les choix et la conduite du développement de la gouvernance de ces pays existent bien, mais elles sont récentes, fragiles et rencontrent des difficultés et des obstacles divers. Ces données accordent à l'association dans le monde arabe une configuration originale. De manière schématique, elle se caractérise par son faible poids social, sa nature "élitiste", la faiblesse de sa base d'adhérents, la restriction de son champ d'intervention dans les villes, son imbrication dans les appareils politico-administratifs et les rapports de clientélisme qu'elle entretient avec son environnement.
 

Les vocations principales des associations dans le monde arabe : entre le socio-caritatif et le politique

L'aide aux nécessiteux et aux catégories défavorisées de la société est le facteur principal qui pousse les citoyens des pays arabes à s'associer. Il s'agit là d'une donnée ancienne. Les premières associations arabes, dans le sens moderne du terme, sont nées à la fin du 19ème siècle, elles mettaient au cœur de leur mission le travail caritatif et social, notamment l'éducatif et le sanitaire. Cette donnée n'a pas disparu et elle continue à mobiliser jusqu'à aujourd'hui les énergies associatives et à sensibiliser les citoyens. Les modalités de ce travail social sont multiples. Certaines associations sont généralistes et offrent une multiplicité de services et d'aides sur la base d'un quartier ou d'une région. Ces services vont de l'envoi mensuel d'argent à des familles nécessiteuses jusqu'à la construction de dispensaires et d'hôpitaux en passant par la fondation d'écoles, l'organisation de cours de soutien scolaire, de cours de formation professionnelle, etc. D'autres associations se préoccupent de catégories spéciales de la population comme les orphelins, les enfants naturels, les personnes âgées, les handicapés ou les femmes.

Cette donnée, confirmée par la plupart des études, a été faite par l'étude du CIVICUS au début des années 90 sur l'ensemble du monde arabe et montre que le pourcentage des associations caritatives et sociales sur le total d'associations par pays évolue entre 9,7% pour la Tunisie et 68% pour le Koweït, la plupart des autres oscillant entre les 30 et 50 % [Kandil A (ed.)].

Sans nier l'existence d'associations caritatives sans particularité identitaire spécifique, la mission caritative et sociale des associations arabes se conjugue fortement avec des liens de type communautaire, religieux, régional, voire familial ou "tribal". C'est une caractéristique typique des pays du Moyen-Orient qui connaissent une situation pluriconfessionnelle ; elle existe aussi, dans une moindre mesure, au Maghreb. Ce sont ces associations qui rencontrent un important succès et manifestent une efficacité sociale véritable. Les fonctions sociales des associations religieuses islamiques et chrétiennes sont évidentes. Pour les associations islamiques, elles se doublent également de fonctions politiques quand elles sont animées par des acteurs reliés au courant politique islamique.

Si le social et le caritatif se conjuguent avec le religieux, ils s’associent également avec succès aux liens régionaux voire familiaux et tribaux. C'est le cas au Soudan, en Egypte, au Yémen et également au Liban. Au Liban les associations sociales reliées aux grandes familles libanaises présentent une configuration semblable aux associations de charité classiques dans la mesure où elles sont prestataires de services à l'ensemble de la population ; tel n'est pas le cas pour le même phénomène dans d'autres pays.

En Egypte, il s'agit d'un phénomène spécialement relié à la migration interne au Caire et à Alexandrie. Au Caire, les ligues régionales ou les associations de ressortissants représentent la plus importante catégorie d'associations avant même les associations islamiques. Leur particularité est de regrouper les personnes de même origine géographique, généralement le même village, et installées dans la grande ville. Leur objectif principal est de s'entraider afin de réussir leur toute nouvelle insertion dans l'espace urbain populaire. Ces ligues régionales n'aident que leurs propres membres et ne sont pas ouvertes à leur environnement. Elles ont joué et jouent des rôles fondamentaux dans l'équilibre social des quartiers informels en Egypte ; ces quartiers ont attiré dans les années 1970 et 1980 des personnes de toutes les régions d'Egypte.

Les associations qui ont un référent communautaire ne développent pas forcément des activités de type traditionnel. Les associations religieuses ou régionales ont su faire évoluer leurs activités sociales et les faire diversifier. Il ne s'agit pas d'aides "à la petite semaine", mais de véritables services sociaux organisés de manière rationnelle et moderne. Elles permettent de servir des populations pauvres ou les classes moyennes paupérisées, mais également d'offrir l'emploi aux diplômés de l'enseignement supérieur, principalement les médecins et les enseignants. La santé et l'éducation sont leurs domaines de prédilection que ce soit dans les pays qui connaissent des guerres et des troubles comme la Palestine, le Liban ou le Soudan dans les autres pays comme l'Egypte et la Jordanie.

A côté de ces vocations associatives classiques se font jour cette dernière décennie de nouvelles formes de vocations associatives. Elles peuvent être réparties en deux catégories. La première regroupe des associations qui, sans se positionner politiquement, cherchent à se constituer comme des partenaires des pouvoirs publics dans la conduite du développement. Leurs champs d'action sont donc très larges. Cela va de la défense du consommateur à la protection de l'environnement urbain ou rural jusqu'à la volonté de sauvegarde du patrimoine architectural ou historique en passant par l'aide à la création de petites et moyennes entreprises etc.

Cette nouvelle forme d'expression associative déroge par sa logique à la perception classique des associations caritatives ou sociales en cherchant non pas à assister ou à aider mais au contraire à mobiliser certaines catégories sociales autour d'intérêts sectoriels afin de trouver en commun des solutions originales à certains problèmes. Elles cherchent à se positionner comme des partenaires des administrations et de la puissance publique en tant que force de proposition, d'impulsion et même d'action et non pas simplement comme des palliatifs aux insuffisances des Etats. La "philosophie" générale de ce nouveau système d'action repose sur la volonté de construire une citoyenneté active et de ne pas abandonner son sort aux mains des fonctionnaires. Cette prise de conscience est notamment liée aux défauts classiques des administrations : carences, routine, immobilisme, contraintes financières, opacité, corruption.

Au Maroc, les domaines principaux des ces nouvelles associations sont la santé, l'intégration des femmes dans la vie professionnelle, la promotion des Petites et Moyennes Entreprises et le développement rural. Citons deux exemples : celui de l'Association de lutte contre le Sida, qui joue un rôle important dans la sensibilisation du public à une maladie dont il reste difficile de parler dans un pays musulman, et celui de l'Association de solidarité féminine vouée à l'accueil des femmes abandonnées et des filles-mères. En Tunisie, l'Association des amis de l'Institut national de protection de l'enfance cherche à améliorer le sort de l'enfance abandonnée en proposant des solutions aux fonctionnaires de cet Institut afin de résoudre certaines carences constatées dans son fonctionnement qui nuisent à l'équilibre des enfants.

En Egypte, "For Promotion Of Services" de Zamalek et l'Association de Sauvegarde de l'Environnement à Héliopolis méritent d'être signalés. Face à la déficience des services édilitaires du quartier, elles ont initié des actions en direction des habitants en vue de nettoyer la chaussée, de déplacer les ordures accumulées et d'aménager des espaces verts. Leur action a rencontré l'adhésion d'une partie des habitants qui étaient prêts à financer les projets, mais force est de constater les difficultés de la négociation avec les services techniques et administratifs et les blocages de certains élus menacés dans leurs prérogatives et remis en cause dans leurs fonctions.

Paradoxalement, c'est en Algérie que se font jour les vocations associatives les plus originales. Parmi celles-ci, nous pouvons signaler l'existence d'associations de demandeurs de logement qui se transforment en contrôle de l'administration et qui demandent à participer à l'élaboration des critères d'attribution, au contrôle des listes et même au suivi des réalisations et au contrôle de conformité des ouvrages. Il existe également des associations de cadres de l'administration qui ont pour objectif la défense du secteur public, la notion de service public, la neutralité politique de l'administration et qui dénoncent notamment ce qu'on appelle en Algérie "les charrettes", c'est-à-dire la mise à l'écart de fonctionnaires lors des remaniements politiques ou administratifs.

Ces nouvelles vocations associatives de par leur logique suscitent l'irritation, le blocage voire le refus de systèmes administratifs et politiques fermés sur eux-mêmes et peu habitués à ce type de comportements et d'attitudes.

La deuxième catégorie d'associations "nouvelles" regroupe celles qui s'intéressent à des causes qui touchent de près ou de loin le politique. Elles sont l'objet de toutes les surveillances.

Il s'agit évidemment des associations de droits de l'homme, de défense des droits de la femme, de défense de certaines minorités comme les Berbères en Algérie ou par exemple de conscientisation civique des citoyens, de surveillance des élections et de développement de la démocratie.

Ces associations regroupent généralement les "déçus" de la pratique politique dans leurs pays qui cherchent à l'améliorer sans forcément rentrer directement dans la compétition politique. Beaucoup de responsables de ces associations appartiennent aux milieux des militants de gauche des années 1970 mais parfois elles regroupent les nouvelles générations (au Liban, par exemple).

Malgré les difficultés, les associations de défense des droits existent actuellement dans beaucoup de pays arabes et certaines ont joué ou jouent des rôles fondamentaux en tant que force de pression, de contrôle, voire de changement politique.

Les caractéristiques communes à ces nouvelles formes associatives qui viennent d'être succinctement décrites sont leur jeunesse relative et leur fragilité due non seulement aux blocages administratifs et politiques mais également à leur restriction aux élites urbaines et intellectuelles occidentalisées. Le caractère urbain et élitiste n'est pas propre à ce genre de groupement. Les associations de type caritatif et social sont dirigées par des élites urbaines. Toutefois, ces dernières, de par leurs missions, ont un rayonnement social plus important et sont en contact avec les couches moyennes et défavorisées de la société.



Les processus historiques de la naissance et de l'évolution des associations arabes : d'une élite à une autre

Les historiens des différents pays, ont montré comment la forme associative "moderne" a rapidement été adoptée par les sociétés arabes dès la fin du 19ème siècle, en Tunisie, Egypte, Algérie, Libye, Syrie, et au Liban.

En France, le terme "association" renvoie à un certain nombre de valeurs, d'images et de représentations sociales et politiques construites autour d'un certain nombre de notions comme la "participation", la "responsabilité", la "solidarité", la "démocratie". En un mot, il s’agit de la liberté des citoyens pour défendre leurs intérêts particuliers non lucratifs face à un Etat lointain, défenseur de l'intérêt général ou bien des intérêts de certaines classes sociales.

Il est vrai qu'en France, "l'associationnisme" moderne semble être un processus dans le cadre des mouvements sociaux et revendicatifs du 19ème siècle liés à l'industrialisation du pays, à la misère sociale et au développement des différentes idéologies socialistes. Celles-ci ont mis l'accent sur la nécessité de "s'associer" pour défendre les droits sociaux des travailleurs, des chômeurs et des indigents face à la paix "bourgeoise" défendue par un Etat dit libéral, dont les capacités d'intervention et de contrôle sur la société se sont développées de manière exponentielle. Le mouvement associatif français du 19ème siècle qui a donné naissance au mutualisme et au syndicalisme s'est notamment construit dans un rapport antinomique avec l'Etat même si ce mouvement a été instrumentalisé par les pouvoirs publics et a servi à légitimer l'interventionnisme social de l'Etat.

Dans les pays arabes, la naissance et le développement du mouvement associatif "moderne" sont différents. Il est né ni des conflits d’intérêts internes, ni d’un rapport antagoniste avec les pouvoirs publics. Il est principalement axé sur la division entre les sociétés colonisées et les puissances coloniales. Il n'est donc pas étonnant que les pays qui ont été les premiers à créer des associations sont les pays arabes qui ont été les premiers à connaître le mouvement de la Nahda, notamment l'Egypte et le Liban. Il s'agit d'un courant intellectuel qui se caractérise par la volonté d'introduire le renouveau et la modernité au sein du legs civilisationnel arabo-islamique, en adoptant certaines idées sociales et politiques occidentales (la liberté, la citoyenneté, la libération de la femme), mais aussi certaines techniques d'organisation et d'administration (état moderne, parlement, associations et fondations). A la base de la Nahda, se trouvent les idées du réformisme musulman, même si elle a concerné l'ensemble des sociétés arabes aussi bien musulmanes que chrétiennes. Le réformisme musulman se caractérise par la volonté de régénérer les sociétés musulmanes remises en cause par l'Europe conquérante et civilisatrice en réformant la religion musulmane sur la base d'une plus grande importance du rôle de la raison, en développant les sciences et les techniques et en modernisant ses structures politiques et sociales. Pour réformer la société et la mettre au diapason des sociétés occidentales et des communautés étrangères installées dans les pays, il fallait commencer par créer des élites autochtones. C'est ainsi que les premières associations avaient pour objectif de fonder des écoles. Il s'agissait de fondations philanthropiques qui cherchaient à éduquer et instruire les enfants du peuple de manière moderne tout en sauvegardant leur identité par l'apprentissage de la langue arabe et des fondements de la religion.

On voit, comment les premières associations sont en fait des initiatives des élites arabes de l'époque animées par le réformisme musulman, chrétien et parfois laïc. Ces associations étaient financées par les couches aisées de la société (commerçants, propriétaires terriens) et également par les classes dirigeantes (les beys khédives). Ce financement se faisait au nom de l'Islam et de certaines de ses institutions, notamment la Zakat (aumône obligatoire religieusement), la Sadaqua (aumône laissée à la bonne volonté du croyant) et surtout le Wakf. Les Waqfs ou habous ont joués, et continuent à jouer, un rôle important dans le domaine de la solidarité sociale. On perçoit là le travail associatif dans sa première gestation comme étant une initiative par le "haut", avec des caractéristiques modernes et traditionnelles. Les associations de l'époque avaient adopté des structures modernes (Conseil d'administration, élections, assemblée générale) et des structures traditionnelles avec le Wakf notamment qui plonge ses racines dans l'histoire islamique.

Le travail associatif, dans les étapes historiques ultérieures, a été perçu à partir d'autres types d'idéologies : salafistes (7), libérales, nationalistes et socialistes. La nature élitiste du phénomène n'a pas changé pour des raisons liées aux dominations politiques des puissances occidentales et à la structuration socio-économique des sociétés.

La deuxième génération des élites associatives était également animée par le nationalisme et la lutte politique contre l'occupant. Ce nationalisme de tendance religieuse (l'association des Frères Musulmans en est un exemple) ou laïcisante, avait pour particularité de concevoir le travail associatif comme étant une base de mobilisation contre l'occupant. Certaines associations se sont tout simplement transformées en partis politiques.

En Tunisie, avant l'indépendance, quasiment tout le réseau associatif "autochtone" était contrôlé par le Néo-Destour qui luttait pour l'indépendance du pays.

Les dirigeants nationalistes arabes, indépendamment des particularités de leurs idéologies (socialisme, Baathisme, libéralisme) ont fait de la conquête de l'Etat aux mains des occupants et de la construction d'Etats modernes leurs objectifs premiers. Il n'est pas étonnant qu'une fois les indépendances acquises ou les révolutions effectuées, les dirigeants nationalistes arabes aient cherché soit à diminuer le rôle des associations, soit à les contrôler fermement soit tout simplement à les supprimer. L'Etat était au cœur de leurs projets sociétaux et c'était à lui de prendre en charge totalement la société en éduquant, soignant, protégeant les pauvres et les catégories les plus faibles, et en corrigeant les inégalités sociales.
 

Les systèmes politiques arabes et les associations : entre le refus et l'instrumentalisation

Aujourd'hui, le poids et les formes du contrôle étatique sur les associations varient d'un pays à l’autre en fonction de la situation interne à chaque pays et en fonction des particularités des systèmes politiques et de son degré de démocratisation.

De manière symptomatique, c'est dans les périodes de crise grave avec ébranlement des structures étatiques ou un grave déficit de légitimité, que le phénomène associatif s'épanouit le plus. Le cas de l'Algérie, de la Palestine et du Liban pendant la guerre en sont la preuve. L'Algérie semble être le seul pays arabe qui sur le plan juridique connaît la procédure de la déclaration et non celle de l'autorisation. On peut parler d'une véritable explosion associative. Les catégories sociales qui se sont senties les plus menacées par l'extrémisme islamiste et l'Etat algérien, ont été les premiers à s'organiser. Il s'agit principalement des femmes et des Berbères. La forme associative, plus que le parti politique ou la presse, semble constituer l’une des principales voies d'expression de la société algérienne qui cherche à ne pas se laisser emprisonner dans le binôme Etat / Islamistes. La plupart des associations oscillent entre l'opposition au pouvoir, le compromis tactique et la cohabitation forcée pour avoir des subventions mais il semble bien que la vitalité de ce mouvement ne doive rien à la sollicitude de l'Etat ni à celle des organismes internationaux.

Pour la Palestine, les conflits qui sont nés en Palestine entre les ONG palestiniennes et l'Autorité palestinienne nouvellement installée confirment a contrario la même hypothèse et le Liban pendant la guerre a montré la capacité d'intervention des ONG et des associations pour résoudre les problèmes des populations.

Sur le plan des relations entre les Etats et les associations, il est possible de dire qu'elles vont du contrôle et de l'étouffement le plus sévère jusqu’à une liberté relative qui ne remet pas en cause leur instrumentalisation.

La Tunisie, la Syrie et la Libye sont probablement les pays qui connaissent aujourd'hui le plus de contraintes sur ce plan. En Tunisie, après les trois années de liberté relative après le changement du 7 novembre 1987, aujourd'hui la quasi-totalité des associations est soit aux mains des militants du Parti au pouvoir, soit des émanations administratives. Celles qui sont arrivées à maintenir une certaine forme d'autonomie subissent quotidiennement les tracasseries et les contrôles administratifs.

La Libye connaît une législation draconienne et la plupart des jeunes associations fondées après 1991 ne peuvent fonctionner que si l'Etat met à leur disposition un local, des subventions et du personnel pour y travailler. Par ailleurs elles sont dirigées par des personnes proches du régime.

En Syrie, les pouvoirs publics semblent avancer vers l'acceptation d'une liberté relative concernant les associations à vocations sociale et sanitaire au détriment de celles qui n'ont pas encore vu le jour à l'exception des Comités de défense des droits de l'homme (dont les membres ont été condamnés en 1992 par la Cour de sûreté de l'Etat et de l'Association de protection des prisonniers dont les membres ont subi le même sort mais qui n'a pas été dissoute). La relative liberté accordée, à la première catégorie s'inscrit dans le cadre d'une stratégie d'instrumentalisation notamment des associations sanitaires dans un cadre de sclérose et d'insuffisance du système public de santé et d'une volonté de se décharger au moindre coût d'une part de responsabilités publiques.

Quant au Maroc, sans nier la vigueur actuelle du mouvement associatif marocain et le relatif espace de liberté dont il jouit, il ne faut pas oublier l'omniprésence et la vigilance des pouvoirs publics qui ont déjà démontré une capacité étonnante de récupération des dynamiques sociales. Ainsi, certaines limites de tolérance ne peuvent être dépassées et l'arrestation de militants associatifs berbères en 1994 est là pour le rappeler. De même, l'émiettement associatif, sa division et ses rivalités sont dues pour une part à la stratégie du régime qui cherche à se positionner comme l'interface et le coordinateur. La création d’associations par l'Etat lui-même est un aspect de cette stratégie de récupération des énergies de la société civile, par la création de conseils consultatifs chargés de conseiller le Roi. Il importe de ne pas oublier non plus, que cette libéralisation intervient dans le cadre du retrait de l'Etat de certaines fonctions sociales et la peur du régime que les mouvements islamistes ne s'y intéressent.

L'Etat égyptien demeure également très vigilant dans ses rapports avec les associations égyptiennes même si celles-ci disposent d'une marge de manœuvre qui leur a permis d'occuper des espaces sociaux importants. Le développement des congrégations de charité islamique dans les années 70 et 80 est lié au succès de l'idéologie islamiste mais il doit être relié aux facteurs suivants : une certaine expression du compromis tacite avec le courant islamiste ; un rapprochement avec les pays du Golfe ; la mise en œuvre de services sociaux par des ONG.

Le tremblement de terre de 1991 a montré à l'opinion publique et au régime la force et l'efficacité de l'aide fournie aux populations par les militants associatifs islamistes. Aujourd’hui, on ne peut plus parler de compromis entre le régime et les islamistes égyptiens. Cela s'est traduit par une liberté relative accordée aux associations nouvelles. Malgré la non-reconnaissance juridique et le fait qu'elles soient enregistrées en tant que "société civile et commerciale", les organisations de droits de l'homme, de défense de la démocratie, de libération de la femme fonctionnent. Toutefois, la promulgation de la récente loi sur les associations en 1999 montre clairement la difficulté de ces rapports entre les pouvoirs publics et les ONG.
 

Quelques caractéristiques des associations arabes

Ces quelques données sur les associations éclairent certaines de leurs caractéristiques générales, notamment leurs faiblesses en nombre et en poids, la restriction de leurs champs d'action sur les villes, leur liaison profonde avec les élites urbaines éduquées, le clientélisme de leurs relations avec les Etats et avec leur public, et enfin leur faible caractère démocratique.

Les chiffres avancés sur leur nombre varient d'un pays l'autre. Si la situation algérienne permet de parler d'une véritable explosion, avec la fondation de 20 000 associations en l'espace de trois ans, d'autres pays arabes connaissent également un renouveau dans la décennie 1990, notamment la Tunisie (8), le Maroc, la Libye (9) et la Jordanie (10).

D'autres pays, comme l'Egypte et le Liban ont un rythme continu de création associative. En Egypte, l’on a connu la naissance de 200 associations par an. Environ 15 000 associations sont créées annuellement. Au Liban, 250 associations naissent par an. D'autres pays, comme la Syrie, ne semblent pas connaître un développement associatif récent et le renouveau se fait à l'intérieur du réseau associatif déjà existant (qui tourne autour de 600).

A eux seuls, ces chiffres ne sont pas significatifs. L'Egypte, par exemple, a en fait un ratio de 0,2 associations/1000 habitants. De même, elles sont souvent des émanations administratives. C'est le cas notamment en Tunisie, où l'on peut considérer que les 2/3 sont des produits de l’administration tunisienne. Le Maroc connaît le même phénomène avec "les associations régionales" fondées par des personnalités proches du Palais, qui sont influentes au sein de l'appareil d'Etat et dans les milieux des affaires. Les mêmes propos peuvent être tenus pour la Jordanie (ainsi que pour la Libye et la Syrie) avec les organisations dirigées par les membres de la famille royale.

Si l'on se penche maintenant sur l'assise spatiale de ces associations, toutes les études attestent qu'il s'agit d'un phénomène principalement urbain. En Egypte, le grand Caire à lui tout seul en concentre près de 20%. Quant aux "associations de développement", caractérisant des gouvernorats ruraux, il s'agit principalement d'agrégation fondée par les administrations régionales pour des raisons de souplesse organisationnelle et pour capter l'aide financière étrangère.

Sur le plan de la répartition géographique, certaines exceptions voient toutefois le jour au Maroc avec l'apparition d'associations autonomes vouées au monde rural qui mettent en œuvre des projets d'électrification, d'amélioration des systèmes d'irrigation ou d'aménagement d'écoles et de dispensaires. Cependant, elles émanent d'individus généralement issus de la communauté villageoise qui ont acquis leur formation et leur situation en ville ou à l'étranger.

Cette donnée sur les créateurs peut être généralisée et confirmée de manière certaine par l'étude faite sur les facteurs principaux qui en favorisent la naissance en Egypte. Cette recherche montre que la création d’associations dans ce pays demeure un phénomène de classes moyennes supérieures. En effet, la fondation des associations est favorisée par le pourcentage élevé de diplômés universitaires. Néanmoins, l'illettrisme et tous les principaux indicateurs sociaux qui sont assez médiocres (les niveaux scolaires par gouvernorats, la couverture en services sociaux de base, le chômage) y découragent l'installation. Un tel constat confirme notre propos sur le caractère "élitiste" des associations dans ce pays. Les études qui ont été faites sur les autres pays arabes émettent les mêmes avis.

Ces résultats sur l'Egypte rejoignent également les théories émises par les responsables du programme Johns Hopkins sur le "Third Sector", notamment celle qui se réfère au développement de la classe moyenne éduquée comme facteur favorisant le développement du "tiers secteur".

Peut-on dire que ce constat général vaut pour toutes les associations indépendamment de leur vocation ? Certains indicateurs montrent qu'il s'agit effectivement d'une donnée générale, mais qu'il convient de la nuancer en fonction de la typologie sommaire des associations qui a été élaborée dans le premier chapitre.

Concernant la fondation et la direction des associations de type social et caritatif avec ou sans coloration communautaire précise, il faut reconnaître qu’elles sont principalement le fait de notables (qu'il s'agisse d'élites communautaires pour le cas des associations liées aux minorités chrétiennes et de communautés régionales ou de leaders politiques et religieux pour le cas des associations islamiques).

Les ligues régionales égyptiennes sont généralement fondées et dirigées soit par des hommes d'affaires, soit par des députés originaires de différentes communautés. Les groupements chrétiens sont animés par des personnalités en relation avec la hiérarchie de l'église. Les mêmes propos peuvent être tenus pour les associations islamiques : l'Egypte connaît depuis deux décennies le phénomène des hommes d'affaires qui font de l'évergétisme islamique, ou bien des leaders islamistes pour qui le travail caritatif et social est un tremplin pour l'activité politique.

Les "nouvelles formes associatives" ne dérogent pas à cette caractéristique. Il est même possible de dire qu'elles sont encore plus élitistes, car leurs vocations font appel à un certain nombre de valeurs, de comportements politiques et sociaux relativement dérogatoires pour l'ensemble de la population. Si le succès des activités de type social et caritatif est dû, pour une bonne part, à leur acceptation par les pouvoirs publics, il est également dû à deux autres facteurs. En premier lieu, leurs services sociaux répondent à des besoins vitaux pour la majorité de la population ; en second lieu, elles correspondent également au système de représentations de la majorité de la population qui lie fortement l'association à la charité. Ceci est sûrement à relier avec les croyances religieuses islamiques et chrétiennes. Rappelons pour le cas de l'Islam, les institutions comme la Zakat, la Sadaqua et le système des Wakfs dont il a été question.

Cette donnée joue un rôle indéniable dans le système de financement. Alors, que celles qui s'occupent des pauvres, des orphelins et des handicapés arrivent à capter les dons du public, les organisations de droits de l'homme, de l'environnement ou de droits des femmes sont obligées de recourir à l'aide internationale à cause du manque général de sensibilisation des populations à ce type de cause.

Fonder et militer dans des associations qui s'intéressent à la conscientisation civique des citoyens requiert une formation et une éducation de haut niveau. De même, afin d’accéder au financement international, les leaders doivent être des personnalités capables de se situer dans l'interface entre l'étranger et le pays. Ceci permet d'expliquer que la majorité de ce type d'associations est composée d'élites du plus haut niveau, installées dans les capitales.

De plus, une autre caractéristique des fondateurs et des dirigeants est liée au fait qu’ils sont pratiquement obligés de tisser des relations "étroites" avec les administrations et les fonctionnaires. A cause du poids des Etats et de la réglementation (autorisation pour ramasser des fonds, présence obligatoire des fonctionnaires pendant les Assemblées générales, possibilité de dissolution), les responsables associatifs doivent cultiver les meilleures relations avec ces fonctionnaires. Cette donnée provoque certains effets pervers. Ainsi, la réforme de la loi égyptienne en 1993 a cherché à interdire l'accès des responsables locaux au conseil d’administration (CA). La réforme a été refusée par une partie du tiers secteur : elles estimaient qu'elles avaient besoin de ce genre de personnalités pour pouvoir jouir de leurs relations au sein de l'appareil d'Etat.

Point fondamental, ce lieu reste souvent le lieu d'émergence et de construction de notabilités politiques. Cela n'est pas seulement propre aux leaderships islamistes. Les associations sont un moyen d'élargir des bases d'influences qui peuvent servir en tant que plates-formes électorales et politiques.

Cet aspect est important quand on connaît les difficultés et le faible poids des partis politiques dans le monde arabe. La majorité des députés égyptiens sont présidents d’associations, quelle que soit leur couleur politique. Les ligues régionales passent entre elles des tractations et des accords pour soutenir les différents candidats. Certains groupes sportifs en Tunisie jouent également ce type de rôle.

Ce dernier aspect n'est pas une caractéristique des pays du monde arabe exclusivement. Il y prend toutefois un relief particulier, quand il fragilise l'association qui semble n'exister que par son président et ses relations. En effet, nombre d'entre elles voient leurs activités s'arrêter ou se ralentir au moment des disparitions de leurs présidents ou en cas de changements de directions. Ceci nous amène à poser la question des rapports internes.

Il convient de constater d'abord que les associations qui ont une base véritable d'adhérents sont assez rares. Il s'agit généralement de celles qui ont une vocation politique qui se rajoute à leur vocation sociale ; c'est le cas par exemple, de certaines associations islamiques. Pour les autres, la vie se résume en fait à la vie du CA, voire aux activités de son président. Cela alimente les relations clientélistes fondées sur l'inégalité entre les dirigeants, les membres et le public, ainsi que la personnalisation du pouvoir et le manque général de démocratie interne.

Si l'on prend l'exemple de ligues régionales égyptiennes, on s'aperçoit que les dirigeants communautaires sont également les personnes les plus fortunées. L'inégalité caractérise leurs relations avec les autres membres. De plus, le fait que leur fondation et une partie de leur financement sont dues à la personnalité des dirigeants a pour effet de développer le clientélisme entre "patrons" et "clients".

Les associations religieuses n'échappent pas à ce constat. Elles reposent par ailleurs sur des idéologies religieuses qui ne cherchent pas à remettre en cause les rapports d'inégalité ; ces idéologies visent à peine à corriger certains des effets néfastes des inégalités, et ceci au nom de la charité chrétienne ou de l'Islam.

Il n'est donc pas étonnant que les présidents se maintiennent pendant des décennies, leurs postes sont donc héréditaires. Parfois le conseil d’administration est constitué en majorité par les membres d'une même famille.

Néanmoins, une mention spéciale doit être faite aux associations religieuses islamiques animées par les courants islamistes (notamment les frères musulmans). Celles-ci ont une base d'adhérents et reposent en grande partie sur le bénévolat des adhérents militants. Elles attirent également la jeunesse. Ceci est perceptible aussi bien en Egypte qu'en Palestine ou au Liban. Cette base d'adhérents, animée par un projet social, politique et religieux, a pour effet de "démocratiser" le fonctionnement de ces associations. Les dirigeants doivent composer avec cette base et subir son contrôle. D'autre part, elles proposent de nouveaux systèmes d'actions originaux par rapport à la charité classique des riches envers les pauvres ; ce processus a pour effet d'ancrer l'association dans son environnement immédiat, le quartier notamment.

Citons à titre d'exemple la manière dont l'une d'entre elles, la grande Gammya Charia, gère son projet d'aide aux orphelins qui touche 200 000 enfants en Egypte. La philosophie du système d'aide est originale. Il ne s'agit pas tant d'envoyer des mandats à leurs familles que de mettre en contact l'orphelin avec un certain nombre de "tuteurs" qui ne sont pas forcément fortunés. Il s'agit de personnes qui représentent différents corps de métiers : le médecin, le coiffeur, le marchand d'habit, le pharmacien, etc. Ces personnes contactées lors de la fréquentation de la mosquée acceptent d'aider l'enfant en fonction de leurs compétences. Il s'agit donc de "créer du lien social" par l'intermédiaire de la mosquée et en même temps de valoriser toutes les personnes indépendamment de leur degré de richesse. Tout individu peut offrir quelque chose à l'environnement : l'argent, un service, ou encore son temps.


Bibliographie

Abdelwahab A., Les associations religieuses islamiques, in Rapport sur l’état de la religion, Caire, Centre d’études politiques et stratégiques d’Al Ahram (en arabe), 1997.

Al Sayyid M. K., "A civil society in Egypt", in Civil Society in the Middle East? Augustus Richard Norton (ed.), Vol 1. Leiden : E.J. Brill, 1995.

Alcantara C.W., Du bon usage de concept de gouvernance, in Revue Internationale des Sciences Sociales, Paris, : 155, UNESCO/érès,1998.

Alliot M., L’anthropologie juridique et le droit des manuels, Paris, Bulletin de l’Equipe de Recherche en anthropologie juridique : 6, 1980.

Archambault E., Le secteur sans but lucratif, Paris, Economica, 1996.

Babadji R., "Le Phénomène associatif en Algérie : Genèse et perspectives", Annuaire de l'Afrique du Nord, Aix en Provence, Tome XXVIII, 1989.

Badie B., La fin des territoires, Paris, Fayard, 1995.

Badie B., Les deux Etats, Paris, Fayard, 1987.

Baduel J.R., "Les Partis politiques dans la gouvernementalisation des pays arabes", Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée, Aix en Provence, 81-82, 1998.

Bardout J.C., Les libertés d'association : Histoire étonnante de la loi 1901, Lyon, Les Editions JURIS service, 1991.

Bayart J. F., (dir.), La greffe de l’Etat, Paris, Karthala, 1996.

Billion J., L'aide humanitaire au nom de l'Islam. Les ONG islamiques transnationales. in Ben Néfissa S.(éd), Le secteur associatif dans le monde arabe et musulman (en préparation).

Ben Néfissa S., El Kadi J., "Les associations : nouvel acteur de l'aménagement et de la gestion de l'urbain en Egypte", Annuaire d'Afrique du Nord, Aix en Provence, IREMAM, 1999.

Ben Néfissa S., "L'Etat égyptien et le monde associatif à travers les textes juridiques", Egypte-Monde arabe : 8, 1991.

Ben Néfissa S., "Zakat officielle et Zakat non officielle aujourd'hui en Egypte", Egypte-Monde arabe, le Caire : 7, 1991.

Ben Néfissa S., "Le mouvement associatif égyptien et l'islam : éléments d'une problématique", Maghreb-Machrek, Paris : 135, 1992.

Ben Néfissa S., "Le financement des services sociaux du secteur associatif à référent islamique éléments d’informations" Egypte-Monde arabe, Le Caire, : 12-13, 1992.

Ben Néfissa S., "Rapport sur les associations en Tunisie", in La Société Civile dans le Monde Arabe, le Caire, CIVICUS, 1995.

Ben Néfissa S., "Les ligues régionales et les associations islamiques en Egypte : deux formes de regroupement à vocation sociale et caritative", Revue Tiers Monde, Paris, : XXXVI, 141.

Ben Néfissa S., "Le secteur associatif dans le monde arabe entre les contraintes des systèmes politiques et les demandes sociétales". Communication à la Troisième Conférence de International Society for Third-Sector Research. Genève, 1998.

Ben Néfissa S., Eid S., Haenni P., "Pluralisme juridique et ordre politique urbain au Caire : les faux-semblants des Majaliss Orfia", à paraître dans Le Passeur entre les mondes. Le livre des Anthropologues du droit en hommage au recteur Michel Alliot (dir. : Etienne Le Roy).

Ben Néfissa S., Kandil A., Les associations en Egypte. Le Caire, Centre d'Etudes Politiques et Stratégiques d'Al Ahram, en arabe, 1995.

Ben Néfissa S., "Morale individuelle et politique : l'expérience d'un Conseil populaire local Islamiste à Hélouan", Communication au Colloque sur L'invention du Citoyen en Egypte : de Mohamed Ali à nos jours. CEDEJ, Le Caire, 1998.

Ben Néfissa S., "Les associations égyptiennes : une libéralisation sous contrôle", .Maghreb-Machrek Paris, : 150, 1996.

Boukheima S., Le Mouvement associatif en Syrie, in Ben Néfissa S (ed.), Le secteur associatif dans le monde arabe et musulman (en préparation).

Brigitte C., Les associations de type "ONG" dans le domaine de la santé au Liban. Un service public pris en charge par le privé, in Santé, médecine dans le Monde Arabe, ouvrage sous la direction d'Elizabeth Longuenesse, L'Harmattan, Paris, 1995.

Cheveau J. P., Lavigne D.P., "Communiquer dans l'affrontement" in Deler J-P, Fauré Y.A, Roca P.J (1998) ONG et développement, Paris, Karthala, 1998.

Dennerman B., "La difficile autonomie des luttes de femmes", Maghreb-Machrek. : 1996.

Denoeux G., Le mouvement associatif marocain face à l'Etat : autonomie, partenariat ou instrumentalisation? in Ben.n.s. (éd.), Le secteur associatif dans le monde arabe et musulman (en préparation).

Diane S., Avenues of participation : Family, Politics and Networks in Urban Quarters of Cairo, Princeton University Press, 1995.

Doueihy C., "La lutte autour de la ville : introduction à l'étude des associations de quartier à Beyrouth", Les Cahiers du CERMOC : 18 (en arabe), 1997.

Ellul J., Histoire des Institutions-le XIXème siècle. PUF, Paris, 1982.

Fauré Y.A., "Les ONG : de l'action à la recherche" in Deler J.P., Fauré Y., A., Roca P.J., ONG et développement. Paris, Karthala, 1998.

Flory M., Korany B., Mantran R., Camau M., Agate P., Les Régimes Politiques Arabes, Paris, PUF, 1990.

Gauchet M., préface au texte de Benjamin Constant De la liberté chez les Modernes, Paris, L.G.F., 1980.

Gaudin J.P., "Contrats et Conventions : la négociation des politiques publiques" in Le gouvernement des Villes. Paris, Descartes & Cie, 1997.

Haenni P., Eid. S., Désirs de ville, appétits d'Etat, de l'informel au populaire ou l'avortement d'une culture réfractaire, Le pouvoir local dans le monde arabe, Lavergne (Marc), éditeur, 1998.

Hours B., "Les métamorphoses des représentations de la solidarité. Du développement à l'humanitaire" in Deler J.P., Fauré Y.A., Roca P.J., ONG et développement. Paris, Karthala, 1998.

Kandil A., (ed) La société civile dans le monde arabe. Civicus, Le Caire (en arabe), 1995.

Karam K., Les Associations au Liban : oscillation entre le caritatif et le politique.in Ben Néfissa S., (éd.), Le secteur associatif dans le monde arabe et musulman (en préparation).

Kazancigil A., "Governance and science : Market-live modes of Governing Society and Producing Knowledge", Most Newsletter : 8, 1997.

Laroui A., Islam et Modernité. Paris, la Découverte, 1987.

Laroui A., L'Algérie et la démocratie, Paris, Editions, La découverte, 1999.

Le Bris E., "Les ONG investissent la scène urbaine" in Deler J.P., Fauré Y.A., Roca P.J., ONG et développement. Paris, Karthala, 1998.

Le Gales P., "Du gouvernement des Villes à la gouvernance urbaine", Revue Française de Science Politique, 1995.

Le Roy E., "L’introduction du modèle européen de l’Etat en Afrique Noire. Logique et mythologiques du discours juridique", Bulletin de liaison de l’équipe de recherche en anthroplogie juridique : 5, 1983.

Leca J., Préface in Le gouvernement des Villes. Paris, Descartes & Cie, 1997.

Legendre P., L'amour du Censeur, Paris, Seuil, 1974.

Marie A., L'Afrique des individus, Paris, Khartala, 1997.

Merrien F.X.," De la gouvernance et des Etats providence contemporains", Revue Internationale des Sciences Sociales, Paris : 155, UNESCO/érès, 1998.

Mialle M., : L'association loi 1901 : les limites de la liberté, Paris, Itinéris, 1982.

Milani C., "La globalisation, les organisations internationales, le débat sur la gouvernance", Cahiers du Gemdev, numéro spécial (n° 26), "Regards croisés sur la mondialisation", juin 1998.

Ouanes M., Pouvoir, Société et Associations en Libye (1835-1997) in Ben N.S., (Ed), Le secteur associatif dans le monde arabe et musulman (en préparation).

Pagden A., "La genèse de la gouvernance et l'ordre mondial cosmopolite selon les Lumières", Revue Internationale des Sciences Sociales, Paris : 155, UNESCO/érès, 1998.

Pesche D., "Les ONG dans le domaine du développement rural" in Deler J.P., Fauré Y., A, Roca P.J., ONG et développement, Paris, Karthala, 1998.

Petiteville F., "Trois figures mythiques de l'Etat dans la théorie du développement", Revue Internationale des Sciences Sociales : 155, UNESCO/érès, Paris, 1998.

Pirotte C., Husson B., Entre Urgence et Développement, Khartala, Paris, 1997.

Piveteau A., "Pour une analyse économique des ONG" in Deler J.P., Fauré Y.A., Roca P.J., ONG et développement, Paris, Karthala, 1998.

Revel M., Roca P.J., "Les ONG et la question du changement" in Deler J.P., Fauré Y.A., Roca P.J., ONG et développement, Paris, Karthala, 1998.

Rosanvallon P., L'Etat en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 1990.

Roula M., L'évolution du rôle des ONG en Jordanie : l'émergence d'un nouvel acteur dans le processus de développement, in Jordanies. n°2, 12, CERMOC. Amman, 1996.

Ryphman P., "Urgence et Développement : spécificité française et préfiguration d'une communauté d'ONG" in Deler J.P., Fauré Y.A., Roca P.J., ONG et développement. Paris, Karthala, 1998.

Salamé G., Démocraties sans démocrates. Paris.Editions, Fayard, 1994.

Salamon L., Helmut K., Anheier : préface à l'ouvrage de Edith Archambault : le secteur sans but lucratif. Economica, Paris, 1996.

Sardan J.P.O., "Ce que pourrait être un programme de recherche sur les ONG." in Deler J.P., Fauré Y.A., Roca P.J., ONG et développement, Paris, Karthala, 1998.

Senarclens P., "Gouvernance et crise des mécanismes de régulation internationale", Revue Internationale des Sciences Sociales : 155, UNESCO/érès, Paris, 1998.

Sidi B.R., Le Mouvement associatif en Algérie : chronique d'une résistance. In Ben Néfissa S. (éd.), Le secteur associatif dans le monde arabe et musulman (en préparation).

Stoker G., "Cinq propositions pour une théorie de la gouvernance" Revue Internationale des Sciences Sociales : 155, UNESCO/érès, Paris, 1998.

Verges M., "Les jeunes, le stade, le FIS : vers une analyse de l'action contestataire", Maghreb-Machrek. : 154, 1996.

William J.C., "L'exportation de la démocratie : enjeux et illusions" in Démocratie et Développemen,t Karthala, Paris, 1998.

Zeghal M., Gardiens de l’Islam. Les Ulémas d’al Azhar dans l’Egypte contemporaine, Paris, Presses de Sciences Po, 1996.


Notes

1. Les pays européens, comme la France par exemple, connaissent d'importantes transformations dans leur système de pilotage politique et de gestion des villes notamment sous l'effet de la décentralisation, de la prise en compte de nouvelles échelles territoriales aussi bien européennes que mondiales et de la diversification du champ partenarial. Ces changements affectent les systèmes de légitimité politique, déplacent les barrières entre public et privé, suscitent des formes plus diversifiées d'intervention du politique moins centrée sur le rôle de l'Etat ainsi que le développement de rapports contractuels entre divers acteurs, l'Etat, les collectivités territoriales, les entreprises privées et les divers types d'expression des intérêts locaux. Lire à ce propos l’ouvrage collectif dirigé par F. Godard Le gouvernement des Villes.

2. Pour certains chercheurs, le modèle politique de l’Etat-Nation tel que l’Europe l’a connu plonge ses racines dans les traditions politiques et religieuses européennes bien antérieures au 18ème et 19ème siècle. Legendre P, Badie B.

3. On peut résumer certaines de ces hypothèses : la colonisation qui a interrompu le processus de libéralisation politique qui a commencé dans certains pays dès le début du 20ème siècle ; l'économie de rente et l'inexistence de fiscalité normale font que les citoyens ne ressentent pas le besoin de demander des comptes à leurs gouvernants ; les guerres et les conflits armées qui "survalorisent" le poids des militaires ; les valeurs et les coutumes arabes font que l'individu préfère sa famille à la société politique ; l'absence d'autonomie de l'individu, l'esprit de clan, le modèle patriarcal de l'autorité qui légitime le pouvoir du chef ; l’inexistence de l’idée de Nation à cause de la " Umma islamique ou de la Nation arabe " ; la non-autonomie de la " société civile " et de la bourgeoisie ; la dépendance des classes moyennes vis-à vis de l'Etat ; la pression démographique ; la trahison des élites qui ne sont pas démocratiques et enfin l'islam qui ne séparerait pas la religion du politique et le courant islamique qui ne respecte pas les règles du jeu démocratique etc.Lire à ce propos l’ouvrage important dirigé par Ghassen Salam, Démocraties sans démocrates.

4. Genève, Juin 1998.

5. Voir, à ce sujet, l’appel à des communications lancé par le Programme MOST sur www.unesco.org/most

6. Nous nous baserons sur nos propres travaux sur l’Egypte et sur des contributions à un ouvrage collectif en préparation sur la question associative dans le monde arabe. Les noms des auteurs se trouvent dans la bibliographie.

7. Le salafisme est une idéologie qui prône le retour strict des sociétés musulmanes au modèle des Anciens notamment le Modèle de la Cité de Médine.

8. La Tunisie a quasiment multiplié par 10 le nombre d'associations qui sont aujourd'hui autour de 6700.

9. La Lybie a connu la naissance de 300 associations entre 1990 et 1997 mulitipliant le nombre par 12.

10. La Jordanie est passée de 170 associations en 1987 à 670 en 1996.


L’auteur

Sarah Ben Néfissa, chercheur à l'Institut de recherche pour le développement, est une anthropologue du politique et du juridique, spécialiste de secteur associatif islamique égyptien. Elle a publié plusieurs articles sur le sujet et un ouvrage de référence : Les Associations en Egypte. Membre du "International Society for Third Sector Research", elle a également édité des articles sur d'autres thèmes comme les partis politiques égyptiens, les modes informels de règlement des conflits en Egypte, les enjeux politiques et sociaux de la référence, la Loi islamique etc. Elle coordonne actuellement un ouvrage collectif sur les associations et les ONG dans le monde arabe.


© UNESCO 2000

Les idées et opinions exprimées dans cette publication sont celles des auteurs et n’engagent pas la responsabilité de l´UNESCO.

Les appellations employées dans cette publication et la présentation des données qui y figurent n’impliquent de la part du Secrétariat de l’UNESCO aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones, ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites.


To MOST Clearing House Homepage

To see the document in English
Pour voir le document en Français
Para ver el documento en